Après le précédent article, visant à situer le contexte de l'acquistion de ma voiture, je vous propose maintenant un bilan détaillé de ces 6 ans de vie commune.

IMG_3331

Vie à bord


Il s'agit d'une version ST Pack Sport, la plus réussie selon moi et que je voulais de manière intangible. Basée sur la ST qui possède déjà l'ABS, 4 airbags, les quatre vitres électriques (auto pour celle du conducteur), l'ordinateur de bord, la climatisation auto, les rétroviseurs électriques et dégivrants, les antibrouillard av, un autoradio Clarion mono CD à commandes au volant + 6HP (que j'ai remplacé, j'y viendrai par la suite...), le détecteur de pluie... et ma version y ajoute des jantes aluminium 16 pouces "Ouragan", un thermomètre d'huile au tableau de bord, une sellerie cuir/tissu (je traite au belgom les parties en cuir 2 fois par an), et quelques éléments décoratifs comme le bloc compteurs repris du coupé (cercles chromés). Cela peut faire sourire en 2015, mais à l'époque, l'équipement était plutôt complet. Il ne lui manque que le régulateur de vitesse.

La finition est correcte, malgré l'utilisation abondante de plastique dur sur la partie inférieure du tableau de bord, et l'intérieur a plutôt bien encaissé les années. Le confort, lui, est très bon: insonorisation soignée, bon compromis de suspension, très bons sièges. On voyage sans fatigue. J'ai plusieurs fois traversé la France avec et je ne suis jamais arrivé fatigué. Toutefois, je regrette que la position de conduite soit trop haute. Je fais 1m92 et j'aurais aimé pouvoir être assis plus bas. Cela ne me gène pas non plus outre mesure car le volant se règle dans les 2 plans sur une bonne amplitude mais j'aime être assis bas. Apparemment c'est une habitude chez Peugeot, les positions de conduite trop hautes.     

La climatisation est efficace et simple d'utilisation, je la laisse toujours en auto, j'ai rapidement du froid en été et l'air est bien diffusé: on n'a pas d'air froid soufflé en plein visage. La soufflerie est puissante et le dégivrage rapide. 

Le coffre est relativement vaste... Du moment que l'on y met des valises, des sacs, des choses cubiques mais pas trop hautes. Rien ne vaut le côté pratique d'un hayon quand on a des objets volumineux à charger, cela dit, je ne me suis jamais retrouvé dans l'embarras à cause de ça. Lorsque je la remplacerai, je regarderai les breaks avec beaucoup d'attention... Mais revenons à nos moutons. 

img_0016

img_0015

IMG_0735

IMG_2229

Comportement routier

C'est clairement l'un des principaux points forts de l'auto. Ma motorisation 2.2L possède les mêmes trains roulants que la V6 et le châssis est vraiment plaisant et efficace. L'auto semble être sur des rails et on n'a pas l'impression d'être au volant d'un engin pataud et nonchalant. La direction est très agréable, précise, informative et à l'assistance bien calibrée. Rien à voir avec les quelques directions électriques que j'ai essayées, au ressenti artificiel. La monte pneumatique est très répandue: 205/55/16, ce qui permet de monter des gommes de qualité sans se ruiner et comme dirait un bon ami (Laurent, si tu me lis... ;) ) « J'ai toujours préféré des pneus qui accrochent à des pneus "bout de bois" qui durent longtemps mais aussi adhérents qu'une savonnette humide sur un film d'huile Lesieur.» J'ai donc équipé ma voiture en Bridgestone, des Turanza ER300 dont je suis très content: ils tiennent bien sur le sec et le mouillé et sont silencieux. J'y suis fidèle depuis que je les ai testés. 

Au niveau des suspensions, la définition est comme je l'aime: légèrement ferme mais sans excès. C'est un très bon compromis entre confort et efficacité, les aspérités sont bien filtrées et il n'y a pas de mouvements de caisse parasites. Au sujet de l'éclairage, il est très bon. Je pense que les optiques à glaces lisses des versions restylées y contribuent largement. Le faisceau est bien large et profond, même en feux de croisement. Il m'arrive même parfois d'oublier de passer en feux de route.

IMG_2186

IMG_2189

Moteur

Là aussi, c'est l'un des points forts de la voiture. Le 2.2 16v 160ch (EW12J4) est fort agréable, souple, silencieux, vif et pas trop gourmand (j'en parlerai de façon plus détaillée par la suite). Doté d'un calage variable de l'admission (dénommé VTC pour "Variable Timing Camshaft), et, pour minimiser les vibrations, de deux arbres d'équilibrage contrarotatifs dans le bas moteur, et d'un boîtier papillon motorisé, ce moteur était très moderne à sa sortie, et il était considéré comme l'un des meilleurs quatre cylindres français.

Il développe une bonne partie de son couple maxi (217nm, atteints à 3900trs/min) dès les bas régimes (90% dès 2000trs/min) et il est donc capable d'enrouler paisiblement, sans forcer sur l'accélérateur. Il reprend sans broncher à bas régimes mais il peut aussi permettre de bonnes accélérations et reprises en grimpant dans les tours. Par contre, ce n'est pas un moteur conçu pour prendre des tours à la manière d'un bloc Honda VTEC: le rupteur intervient à 6300trs et il ne sert à rien d'aller le chercher puisque la puissance maxi est atteinte à 5650trs/min. Ce moteur a remplacé le 2.0 Turbo CT sur la phase 1 et la philosophie est la même: un moteur coupleux, linéaire et assez performant mais pas sportif. 

Sur la route, c'est plaisant car les dépassements ne posent aucun problème, et sur autoroute, les longues côtes s'abordent sans arrière pensée même voiture chargée, mais de par son côté silencieux et feutré, et l'insonorisation, il faut surveiller régulièrement le compteur car la sensation de vitesse est gommée et on peut vite avoir droit à une "photo souvenir" (bien que cela ne me soit jamais arrivé avec cette voiture). La sonorité après 4000trs, à défaut d'être envoûtante, est assez plaisante pour un quatre cylindres, mais cela reste très discret. 

IMG_3078

IMG_3132

 Freinage

Il reprend aussi les éléments de la V6, donc la voiture est équipée de disques de 283mm à l'avant, et il donne entière satisfaction. Il reste facile à doser comparativement à pas mal d'autos modernes à l'assistance beaucoup trop prononcée à mon goût, qui envoient dans le pare brise un peu trop facilement. L'ABS se déclenche uniquement à bon escient, il m'est arrivé de sentir son intervention à de rares occasions, sur de gros freinages. 

IMG_1711

IMG_1714

IMG_1489

Boîte de vitesses

L'étagement est bien pensé à mon sens. C'est un bon compromis entre reprises, consommation et maîtrise du niveau sonore. Je suis à 3500trs à 135km/h compteur, ma vitesse de croisière sur autoroute. Le moteur reste discret et les relances ne posent pas de problèmes. Rien à voir avec mon ancienne Accord 1.8 (boîte longue pour rester dans la classe des 7CV) qui tirait plus long avec un petit couple perché à 4500trs, et qui m'obligeait parfois à rétrograder en quatrième dans certaines montées d'autoroute.

La commande, en revanche, n'est pas idéale. Son maniement est doux mais pas particulièrement précis et les débattements sont longs. En clair, tout se passe bien tant qu'on ne cherche pas à passer brutalement les rapports. Curieusement, l'étagement de boîte de l'Accord était désespérment long mais la commande était un vrai régal de précision, avec des débattements courts. Deux écoles s'affrontent : vaut-il mieux un levier agréable aux verrouillages francs qu'on manipule fréquemment ou imprécis mais qu'on sollicite peu grâce aux ressources du moteur ?

img_0310

img_0413

img_0410

Consommation

Comme je le disais plus haut, elle n'a rien d'excessif pour un 2.2 essence. Cela vient sans doute de sa bonne disponibilité en bas du compte-tours, qui permet une conduite coulée. En laissant courir l'ordinateur de bord (à peu près fiable) sur 10000km (il bloque à 9999...)  cela avait donné 8.4L de moyenne. Moyenne comprenant de l'autoroute, de la route à 90-100, de la voie rapide à 110 et de la ville. A 135 stabilisé sur plusieurs centaines de kilomètres (vérifié par calcul) cela donne 7.9L / 8.0L et sur route cela peut facilement descendre à 7L sans pour autant chercher l'économie par dessus tout. En ville pure en revanche, on sera plutôt autour de 10-11L, mais d'une part, je ne fais jamais de ville pure sur un plein complet et ensuite, mon kilométrage annuel se situe sous la barre des 15 000, donc l'impact est insignifiant.

L'autonomie sur un plein varie entre 750 et 950km suivant l'utilisation. En ce qui me concerne, j'arrive toujours à environ 850km avec quasiment 70L.

Concernant le carburant, le SP95 E10 est utilisable sans conséquences sur le fonctionnement, mais après une expérience de quelques pleins, son rendement énergétique moins bon que le SP95 classique ou le SP98 entraîne une légère surconsommation qui annule finalement son coût un peu moindre. J'utilise donc du SP95 classique quand j'en trouve (de plus en plus rarement), ou sinon du SP98. 

IMG_0284

IMG_3303

 

Entretien et réparations

Afin de ne pas devoir graver sur CD toute ma musique "numérique", ma première dépense a été une interface Xcarlink USB/AUX branchée sur le poste d'origine (après activation du port chargeur CD) mais le résultat, bien que plutôt convenable dans l'absolu, m'a déçu. Je sortais de la Honda qui n'était plus vraiment d'origine à ce niveau et qui offrait une très bonne qualité d'écoute. J'ai donc décidé de faire une bonne amélioration de la partie sono car, autant j'étais indifférent au fait de me passer de la commande au volant et de l'affichage déporté, autant je voulais profiter d'un bon son pour tailler la route en musique.

J'ai donc acheté un poste Alpine MP3 avec prise auxiliaire et port USB, assez basique mais sans façade motorisée (potentiellement moins d'ennuis), un kit 2 voies séparées 165mm Focal Polyglass à l'avant, la même chose à l'arrière en coaxial, un ampli 4w75W Focal Solid 4 et un petit caisson auto amplifié Focal Bomba 20 disposant de 150w pour mouvoir un woofer de 20cm. Je vous rassure, aucune volonté de faire de l'exhibitionnisme sonore dans tout cela. C'est juste que j'apprécie beaucoup de pouvoir écouter de la musique en roulant, dans de bonnes conditions. Le rendu est incomparable avec l'origine forcément, et j'en suis pleinement satisfait. Je pense que l'option "pack JBL", disponible en option à l'époque, est un cran en dessous de mon installation.

Pour les autres interventions, globalement rien de méchant. Il s'agit dans la plupart des cas, d'entretien courant. Je me tiens à une vidange par an à l'huile 5W40  + filtre à huile et filtre d'habitacle et nettoyage du filtre à air K&N. Les bougies ont été remplacées à 120 000km par des Denso Iridium, que je viens de remplacer à nouveau le mois dernier à 178 000km, de même que les joints de couvre-culasse qui étaient craquelés et secs, expliquant la présence d'huile dans les puits de bougies. Les 4 pneus, les disques et les plaquettes de freins avant ont été changés à 125 000km, les pneus arrière quasi neufs à 165 000km sont passés à l'avant et ont été remplacés par deux autres Bridgestone ER300, la batterie a été remplacée à 135 000, le liquide de refroidissement a été vidangé une première fois en même temps que le liquide de freins à 120 000km, puis une nouvelle fois à 140 000 lors du remplacement de la distribution + pompe à eau (sans le liquide de freins) et à nouveau lors de la dernière révision le mois dernier à 178 000 (liquide de freins y compris) au cours de laquelle j'ai également fait remplacer les plaquettes arrière. La boîte de vitesses a été vidangée à 150 000, le tube intermédiaire et le silencieux ont été changés à 160 000 et à 172 000, la climatisation, qui ne faisait plus de froid, a eu droit à une révision complète : traçage de fuite qui a permis de remplacer quelques joints poreux (d'où l'absence de froid, le gaz s'était échappé de cette manière), remplacement de la bouteille déshydratante, désinfection des conduits, et recharge complète de gaz. 

Une faiblesse connue de ce moteur concerne un ralenti qui peut devenir instable: le régime a du mal à revenir à son régime normal de 750trs/min et oscille entre 900 et 1300trs/min. J'y ai été confronté quelques fois et pour y remédier j'ai fait nettoyer le boîtier papillon motorisé à 125 000km, j'ai fait remplacer les connecteurs électriques de celui-ci à 132 000, en même temps que le changement d'un capteur de température d'eau HS qui avait mis le moteur en mode dégradé, et une autre fois, le problème s'est solutionné en remettant à zéro la totalité des boîtiers électroniques (initialisation des autoadaptatifs). Depuis, je n'ai plus rencontré ce problème. Peut être qu'une version corrigée du software a été installée dans le calculateur... 

Une révision basique (vidange / filtre à huile / filtre habitacle) revient à environ 90 euros, une révision majeure (même chose + vidange liquide de freins / de refroidissement, bougies, vidange de boîte, diverses petites choses...) s'élève entre 300 et 400 euros. 

Un train de pneus en 205/55/16 coûte autour de 200 euros pose comprise.

Le remplacement de la courroie de distribution, à faire selon Peugeot tous les 120.000km ou 10 ans dans le cadre d'une utilisation normale, ou tous les 80 000km / 5 ans en cas d'utilisation "poussée" (plus de 20 000km/an), m'a coûté 550 euros avec la pompe à eau. 

Globalement il s'agit d'une voiture fiable, sans réelle grosse faiblesse mécanique, dont les consommables ont une bonne durée de vie et dont le coût est raisonnable. 

Conclusion

Il s'agit d'une voiture dont je suis globalement très satisfait, que je compte garder longtemps grâce à sa fiabilité mais aussi en raison de sa valeur vénale inversement proportionnelle à sa valeur d'usage (N'est ce pas Nicolas ? ;) ). Elle aurait bien du mal aujourd'hui à se vendre plus de 2000 euros, malgré son excellent état de conservation. Même si je la remplace à terme, je la garderai dans un coin de garage en voiture de secours, quitte à l'assurer au kilomètre et à débrancher la batterie. Pourquoi la brader et me priver de sa conduite agréable et des services qu'elle pourrait rendre ? 

Voici, en synthèse les points positifs et négatifs que je retiens: 

Points positifs

- Châssis sûr et précis, comportement plaisant
- Confort
- Moteur performant et agréable
- Insonorisation générale

Points négatifs

- Commande de boîte lente et peu précise
- Position de conduite que j'aurais aimée un peu plus basse

Anthony Desruelles